-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-Pour Andréas et Eva.-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-
Nouveau en ligne : Onglet "Corne d'abondance" - "Divers" - "Recettes de cuisine" >>>>>> Cuisine du Japon <<<<<<>>>>>> Ortie et pissenlit recettes gourmandes <<<<<<>>>>>> Soupe-repas gourmandes <<<<<<>>>>>> Simplissime, le livre de cuisine le plus simple du monde. Bon surf sur www.laissedire.net.

Laisse Dire

Contactez Roland.
Cliquez ici ...
Publicité gratuite ici!
Cliquez ici ...
French English German Italian Portuguese Russian Spanish

Fractures et sutures

Fractures et sutures

Suis pas né ici

J’m’suis banni

Pour m’forgé un avenir

Une valise mitée de souvenirs

_

Trop d’illégalité

Trop d’inégalité

Peu d’humanité

Peu d’unité

_

Ici, ça sent l’ranci

Une voûte sans lune m’obscurcit

Suis qu’un écorché

Sans plus de volonté

Un enterré vivant

Muré dans un esprit puissant

_

Là-bas,

Fortune, opulence ne font pas l’panorama

La misère fait valser des vies de poussière  

Une solitude qu’approche une mort sans lumière

Privilèges ceux dans l’abondance

Opprimés ceux dans l’absence

_

Je n’ai trouvé que la musique

Pour installer des mots lyriques

Sur des enfances perdues

Qui rident mon pays bondé de divines étendues

_

J’n’rêve qu’d’un son

Qui forme l’unisson

Une harmonie

Pour rayer toutes anarchies

_

Quand mon être aux yeux lourds m’envahit

Je m’convie chassant la brume loin d’ici

Le soleil y cueille mes lèvres

Mon regard s’emplit de fièvre

_

J’y vois mon littoral

Allumant ma lune pâle

Je m’dépose sur son sable blanc

Et l’automne a le goût du printemps

_

Ces songeurs chemins

Me noient dans un profond chagrin

Mon cœur pourtant gazouilleur

Fait bercer mon sang vengeur

_

J’veux des lendemains charmeurs

Sur mon luth tapageur

Des notes libres sous mes oliviers en fleur

Qui de feuille en feuille propagent mes sons plein de ferveur

_

Mon regard d’ébène

Etouffe la rancune et la haine

Mon océan dans cette lagune

Ecume mon infortune

_

Par là j’ai pris femme

Une alliance qui éperonne ma flamme

Deux amants couronnés d’espérance

Faisant taire mon ombre tout en silence

_

Dans ses yeux

J’m’embarque radieux

Mes voiles claquent face au Chergui

J’y retrouve des étoiles dans mes soupirs alanguis

_

J’écoute

L’alizé fredonner

Le Sahara palabrer

L’oasis se gorger

Le minaret scander

C’est le souffle de mes Ancêtres

La plainte de mon mal être

-=-=-=-=-

Slameuse Annette Canard – 02/2014

Groupe «  ARGANE »

                       

Petits pas sur cœur mouillé

Petits pas sur cœur mouillé

Dans les je t’aime

Il y a des nuages blêmes

Des flots nébuleux blasphèmes

Des pas du temps qui se sèment

Des ombres troublantes serties sur diadème

Des cendres aux notes bohêmes

_

Dans les je t’aime

Il y a mes totems

Liberté, tendresse un essentiel baptême

Geôle, haine un bien triste requiem

Un beau prince dans mon harem

Pas un infidèle sous peine d’anathème

_

Dans mes je t’aime

Il y a un poème

Sans caresse carême

Une magie tandem

Avec un cœur en œdème

Des lèvres offertes dans un désir suprême

-=-=-=-=-

REFRAIN

-=-=-=-=-

J’veux de l’amour

Dans toutes les cours

J’veux de l’amour

Dans tous les faubourgs

Sur les notes de mon troubadour

Le bonheur de ce jour

-=-=-=-=-=-

Slameuse Annette Canard – 02/2014

Groupe «  ARGANE »

It’s always raining in Africa. All the time

It’s always raining in Africa. All the time

De l’autre côté des nuages

Voguant sur d’autres rivages

Une terre balafrée m’invite sur son sillage

Son tam tam emboîte mon vagabondage

_

Mes foulées sous ses pagnes colorés

Ecorchent son azur sourd et adoré

Mon sang noir, mon âme blanche se font justiciers des holocaustes censurés

Sous mon encre mes mots enflamment ses soupirs massacrés

_

Ses chairs hurlantes hantent encore son sol violé

Suent sur des brasiers qui s’éteignent sous un tonnerre insurgé

Palpent les épis qui ondulent dans un vent séculaire

Frappent les pierres qui gémissent sous mes pas solidaires

_

Je flaire les larmes de son soleil et du silence

Caresse l’air saturé de peur et de malveillance

J’hume les blancheurs de peaux aux noirceurs de mots et de sentences

Perçois ses yeux vidés consumés par la désespérance

_

Des milliers de cris se sont envolés

Des milliers d’yeux vers le ciel se sont tournés

Des milliers de ventres creux par la famine se sont gonflés

Des milliers de gosiers brûlants de soif se sont asséchés

Des milliers de semeurs de morts ont condamnés des innocents infortunés

_

Notre esprit est gangréné pour y semer lassitude et absence

Nos yeux sont assassinés pour les aveugler de morose aisance

Nos mains liées pour confisquer notre liberté sans semence

Nos lèvres cousues pour freiner la danse de nos « non » murés dans la prudence

-=-=-=-=-

REFRAIN

-=-=-=-=-

Sous l’arbre à palabre mystique,

Nos cœurs d’encre lyrique et de notes exotiques

Dénoncent l’injustifiable apocalyptique

-=-=-=-=-

Slameuse Annette Canard – 04/2014

Groupe «  ARGANE »

Les anges guerriers

Les anges guerriers

Gisant

Souillé de sang

L’enfant se cramponne au néant.

Son visage perlé s’éteint doucement

Qui ose me dire que Dieu est grand ?

_

Son flanc

Baigné d’écume se pâme dans les tourments

Il a manqué de temps

Omis d’être vigilent

Ignoré d’où à jailli son déchirement

_

Dans un ultime râle

Sa chair s’accroche à un parfum floral

Cherche un baiser tropical

Se tend vers cette cabale

Triste acte théâtral

_

Frêle corps abattu au combat

Nul n’a su guider tes nobles pas

Gloire et honneur ont masqué le diktat

Scandé par le glas

Quelle race d’hommes est fière de tant de dégâts ?

_

Dans mon regard

L’étreinte de mes larmes se dénoue dans mon foulard

J’y vois défiler ces enfants étendards

Eblouis par ces leaders aux souhaits blafards

Les arrosant de rêves frelatés et de chants charognards

_

Au-delà des frontières

Initions nos petits êtres

A grandir humanitaire

Aucune guerre

Ne vaut la mort d’innocents sur terre

-=-=-=-=-

REFRAIN

-=-=-=-=-

Dans ces feux

De haine et d’adieux

De sang et d’odieux

Quel Dieu

Consent à ces effrois vertigineux ?

-=-=-=-=-

Slameuse Annette Canard – 02/2014

Groupe «  ARGANE »

Avec l’insouciance de mon âge.

Avec l’insouciance de mon âge.

Sur cette satanée terre tortionnaire,

J’arrose de joie et de cris grégaires,

Des fleurs chimères.

Perdue, frivole, j’erre

Sur les désirs de mes printemps incendiaires.

Mon cœur à l’étroit dans mes colères,

Sanglé par les beautés éphémères,

Il salue les déesses tête en l’air.

_

Sur cette divine terre maboule,

Suis éprise d’une émotion qui m’chamboule.

Mon soleil en ampoule,

Vogue sur cette houle,

Ouvre la fenêtre sur ce ciel qui roucoule.

Dans mes délires qui m’saoulent,

Le corps qui roule,

Me rend aveugle et sourde à ma détresse qui refoule.

_

Sur cette insouciante terre passion,

J’ai un tison qui embrasse ma vision.

De la musique dans ma boîte à relations,

Des oubliettes au fond de mes questions,

J’en oublie le vol de papillons

Qui s’échappe de la poubelle céleste à profusion.

J’erre sans cesse à la lisière de l’enfer punition.

Suis prisonnière de l’œil divin en fusion.

-=-=-=-=-

Slameuse Annette Canard – 06/2014

Groupe «  ARGANE »